Château du Bousquet - Laguiole (Aveyron)
 



 

Hommage à Raymond OURSEL et à sa femme Anne-Marie

En souvenir de leur indéfectible amitié .

 

Le Château du Bousquet est une puissante et belle forteresse Ce monument dont l'origine pourrait remonter au XIII° ou XIV° siècle est dans un état de conservation remarquable. A ce titre, il compte parmi les très rares exemples de ce type d'architecture militaire construite d'un seul jet, de taille moyenne et de plan régulier. Six tours, créneaux et mâchicoulis, deux étages de chemins de rondes, comme on l'imagine dans les contes. Construit comme un reliquaire autour d'une chapelle orientée face au soleil levant, divers symboles lui sont particuliers.

     Mystère de la construction et de la conservation de cet édifice. Une âme de granit et de basalte où souffle encore l'esprit du Maître d'Œuvre...

     Les Montpeyroux ont-ils favorisé l'implantation d'Hospitaliers sur leur territoire, en bordure de l'itinéraire direct du Puy-en-Velay à Conques ?

A l'origine le château est fermé sur l'extérieur on accède directement à l'étage et on tire l'échelle... La sécurité impose des murs épais et de rares ouvertures. Vers la fin du XVI° siècle, l'arrivée des Roquefeuil déclenche des aménagements nouveaux afin de le rendre habitable au sens de leur époque. Au couchant, on agrandit les fenêtres, on favorise l'accès de plain pied, et la création d'un escalier dans la tour plus récente de l'ouest permet une desserte facile des étages.
     Transformation incontestablement réussie sur le plan esthétique, cette façade ouest, est nettement moins rébarbative et plus accueillante.

     De son côté, la façade orientale se présente pratiquement telle qu'à l'origine et reste d'un intérêt archéologique exceptionnel. Austérité tempérée par la noblesse des proportions, la régularité de la construction assise par assise, du fait de la pose de ces pierres de basalte non taillées, triées avec soin lors de la manœuvre, liées par un mortier de chaux aérienne employé en couches minces.

     Témoignage incontestable du savoir-faire de ces équipes de constructeurs itinérants qui parcouraient l'Europe au moyen âge. A noter la présence de la chapelle dans la tour carrée encadrée par des mâchicoulis aux décors trilobés d'un côté, en forme d'accolade de l'autre. A l'intérieur, de part et d'autre de l'autel, on retrouve les mêmes motifs inversés. Symboles oubliés, inconnus à ce jour par ailleurs.

     Les Roquefeuil de la branche aînée séjourneront au Bousquet jusqu'au début du siècle. De leur temps, datent les bâtiments annexes, grange-étable, écuries et communs. Au moment de la Révolution, le Bousquet est épargné, le mobilier est vendu sur place à l'exception d'un grand calvaire et d'un fonds d'archives.

           



   
  La cuisine gothique est remarquable d'authenticité avec son immense cheminée. Les caves voûtées sur cintre sont comme au premier jour. Les proportions de la grande salle richement décorée impressionnent les visiteurs. Dans la chapelle on se trouve vraiment au cœur du mystère de ces lieux...
     Le chef-d'œuvre de la chambre du parquet, les passages secrets, l'escalier aux cent huit marches mène-t-il à la chambre des nymphes ?... Comment fut découvert ce couple emmuré en habits de brocart ?... Une prison sans oubliettes, un souterrain à découvrir, et bien d'autres choses encore...

 

 

Une petite parenthèse concernant un objet curieux.......

Voici une image d'une petite figurine en bronze , provenant d'une collection d'objets présentés à la vente tout à fait ouvertement et sans problème , dans les années soixante dans un magasin d'antiquités à Chartres , lequel était situé à l'angle de la rue et de la place proche du portail royal . La photo la montre dans un amas de nuages , un montage photographique bien sûr.... A noter cependant et curieux de penser que plusieurs personnes ,dont des spécialistes ou présumés comme tels n'ont accordé aucune attention à cet objet qui présente des caractéristiques qui sautent aux yeux ! Evidemment nous avons eu tout le loisir de l'observer et même d'essayer , d'en proposer , une explication . Plusieurs societés archéologiques n'ont même pas répondu ! Avant d'en dire plus je voudrais encore une fois poser cette question : qu'en pensez-vous? Mais déjà , au moins , que remarquez-vous?

<chateau.du.bousquet@orange.fr>

u

Parenthèse refermée . Poursuivons l'historique :

Le Château du Bousquet est situé à 5 km de Laguiole nord-Aveyron à l'entrée de l'Aubrac en bordure de la D.42 qui mène directement de Laguiole à Entraygues. Simple tronçon géographiquement parlant de l'itinéraire le plus court qui mène du Puy-en-Velay à Conques et qui, du point de vue historique, fut souvent fréquenté par les moines de La Chaise-Dieu.

     Du Puy vers Termes et Fournels en Lozère, puis Saint-Urcize dans le Cantal (seule église de la Haute-Auvergne possédant un déambulatoire) ensuite, vers Laguiole par le fameux chemin des Gabatches. Laguiole, clé d'entrée nord du Rouergue et châtellenie royale. Après avoir franchi le ruisseau du Vaissaïre, par le pont de ferrière et du Temple, la route passait au Bousquet au pied du château, empruntait la ligne de crête, l'estrade des Bessades, et plongeait ensuite sur Entraygues Saint-Georges. On pouvait ensuite rejoindre Conques par Espeyrac et Sénergues ou par Vieillevie. En fait, Le Bousquet est érigé en un site stratégique tel que ceux choisis par les ordres Hospitaliers ou Templiers, restons en pour le moment à cette simple constatation. A noter également que Montsalvy et le Puy de l'Arbre sont par delà la Viadène en visibilité directe depuis le Bousquet en direction de l'Occident.
     Montsalvy fondé par Saint-Gausbert dès le XI° siècle gardait la route qui venait de Brioude et d'Aurillac et allait elle aussi à Entraygues. En ce temps là, et pendant des siècles, il valait mieux en prenant la route le matin savoir où s'arrêter le soir... A l'écoute des murs du Bousquet des chapitres entiers de cette histoire peuvent ressusciter rien que pour vous...


 

___________________________________________________________________________

Après ce temps de retraite forcée , à quelque chose malheur est bon :

Essayons de prendre un peu de recul si vous le voulez bien :

 

Cette présentation est celle qui se dégage au premier abord . Nous voulons dire , comme découlant de ce qu'un observateur de passage ayant pris un contact quelque peu superficiel aurait pu écrire . Une description qui ne va pas à l'encontre des idées générales relatives à ces constructions qui portent les marques du temps et qui entrent dans ce schéma finalement assez banal des monuments dont la vocation première est de protéger , d'assurer un pouvoir et qui dans la suite ont été aménagés en manière de résidence . La chance parfois de n'avoir pas été trop dénaturés.....C'est ainsi qu'un visiteur de passage tant soit peu averti aura la possibilité de décrypter l'édifice dans ses grandes lignes et , comme la documentation abonde , je veux dire sur les châteaux en général , arrivera toujours à l'intégrer dans une classification existante et l'on pourrait fort bien en rester là !

Or , il se trouve que ce château du Bousquet est porteur d'autres indices qui à l'étonnement de beaucoup seront à l'origine d'une complète remise en question .

RRAu Bousquet certaines choses font qu'il ne ressemble à aucun autre . Si "A l'Ouest rien de nouveau " par contre à l'Est rien de comparable .En effet au centre de la façade Est se trouve une tour carrée positionnée entre deux tours rondes . En général , c'est d'ailleurs le cas au Bousquet, au Sud comme au Nord il y a un moyen de défense réciproque sinon de surveillance , une tour protège l'autre . Ici rien de tel , la présence de la tour carrée rend cela impossible et c'est tellement innatendu que la première idée est de se dire que cette tour carrée a du être construite plus tard , pourquoi pas? Cependant à l'examen son intégration est parfaite , à la différence de la tour demi- hexagonale à l'Ouest qui l'est beaucoup moins . Autres remarques : les tours rondes de part et d'autre de cette tour carrée ne possèdent aucun moyen de défense , lesquels n'auraient servis à rien du fait d'une tour carrée s'interposant entre elles et ce n'est pas fini . Au premier étage de la tour en question on remarque une ouverture en ogive munie d'une mise en plomb losangée , elle correspond à la chapelle du château ainsi placée au centre de cette façade orientale , façe au soleil levant , comme c'est le cas des églises en général . Dans un château au Moyen-Age et même souvent plus tard il y a toujours une chapelle , au moins un Oratoire . Notons au passage , que si cette tour avec sa chapelle n'avait pas existée , à l'examen du reste de l'édifice, il n'y aurait pas eu le moindre lieu de culte dans ce monument ce qui paraît impensable ...

COMME NOUS LE DISIONS CE N'EST PAS ? MAIS PAS FINI DU TOUT.......A PLUS MES AMIS ........

 

 

 

IL faut s'arrêter là . Nous n'avons pas le temps ce soir mais dès que possible nous vous conterons la suite....